+

Historique

Historique

Le 25 juillet 1989, le Service aux retraités de Montréal était constitué. Son siège social était établi sur la rue Oxford, à Montréal. Cette corporation a obtenu des lettres patentes supplémentaires le 26 novembre 1991, modifiant entre autres son nom pour celui de Regroupement des entreprises et des organismes de services aux retraités du Québec.

Le 22 juin 1992, le nom de l’organisme est de nouveau modifié et devient le Regroupement des résidences pour retraités du Québec (RRRQ).

Le 1er novembre 1998, pour des raisons stratégiques, le RRRQ fusionne avec l’Association des résidences pour personnes âgées du Québec (ARPAQ). Cette association, dont le siège social se trouvait à Fleurimont dans les Cantons de l’Est, avait été constituée le 6 février 1990. Les deux organismes réunis deviennent alors l’Association des résidences pour retraités du Québec (ARRQ).

L’ARRQ compte 386 résidences membres offrant 28 782 unités de chambres et logements à travers tout le Québec. Cela en fait le plus grand regroupement de résidences pour personnes âgées de la province.

Le 1er juillet 2003, l’ARRQ se lie avec l’Association des Centres d’Accueil Privés Autofinancés (ACAPA), constituée le 4 septembre 1984. Ils forment l’Association des Résidences et CHSLD privés du Québec (ARCPQ).

En janvier 2009, l’ARCPQ devient le Regroupement québécois des résidences pour aînés (RQRA). Ce qui a incité les administrateurs à envisager ce changement, c’est que le nom «Association des Résidences et CHSLD Privés du Québec» était lourd et nécessitait constamment d’être expliqué à chaque interlocuteur. De plus, on retrouvait dans ce nom l’acronyme «CHSLD», alors que seuls cinq membres sur les vingt-sept détenant un tel permis y référaient explicitement dans leur raison sociale. Tous les autres CHSLD de l’Association portaient les noms de Résidence, Maison, Manoir, Pavillon, Villa ou autre. Cette modification était aussi liée à l’adoption d’un nouveau statut de membre. Enfin, la façon d’écrire le nom de l’Association, incluant cet acronyme, ne respectait pas les règles actuelles d’écriture en français au Québec.

Une distinction importante à faire entre résidence pour aînés et CHSLD

Les CHSLD sont des établissements publics ou privés qui accueillent des personnes en perte d'autonomie sévère dont la condition requiert une surveillance constante, des soins spécialisés et dont le maintien à domicile est devenu impossible et non sécuritaire. Vous pouvez obtenir plus d’informations sur les différents types de CHSLD (car il en existe plus d’un modèle) sur le site de l’Association des établissements privés conventionnés (AEPC) à l’adresse suivante : http://www.aepc.qc.ca/questions-reponses.php.


Les résidences pour aînés sont des domiciles et sont privées. Il n’existe pas de résidences publiques pour aînés au Québec. Les gens qui y résident l’ont fait par choix, et ils signent un bail. L’article 346.0.1 de la Loi sur les services de santé et les services sociaux donne une définition claire d’une résidence pour aînés : « Aux fins de la présente loi, est une résidence privée pour aînés tout ou partie d'un immeuble d'habitation collective occupé ou destiné à être occupé principalement par des personnes âgées de 65 ans et plus et où sont offerts par l'exploitant de la résidence, outre la location de chambres ou de logements, différents services compris dans au moins deux des catégories de services suivantes, définies par règlement : services de repas, services d'assistance personnelle, soins infirmiers, services d'aide domestique, services de sécurité ou services de loisirs. Le coût de ces services peut être inclus dans le loyer ou être payé suivant un autre mode ».

De plus, selon l’article 346.0.20.1 de la même loi, le nom « résidence privée pour aînés » est une appellation contrôlée et ne peut être utilisé que si l’exploitant est titulaire d’un d’une attestation temporaire ou d’un certificat de conformité.

Le RQRA croit important de bien différencier ces types d’établissements.



NOS PARTENAIRES